Pas évident de trouver un lieu de vacances quand on veut à la fois passer du bon temps avec sa progéniture et avoir un peu de temps à soi, pour soi. Se ressourcer, c’est essentiel avant la fameuse rentrée de septembre !

J’ai (Karina Vigier, la fondatrice de KiDS, ndlr) personnellement cherché… Les offres sont nombreuses mais j’avais peur de me tromper et de me retrouver dans un club où tous les quarts d’heures vous êtes sollicités pour participer au tir à l’arc ou à l’aquagym. Ou pire encore, se retrouver dans un superbe hôtel avec un kids club qui a pour seul et unique programme d’emmener vos enfants à la piscine pour une compet’ de waterpolo, juste au moment où vous y êtes ! C’est du vécu, rien que du vécu, je mets la main droite sur mon cœur et je vous le jure !

Mais là, miracle… on a exaucé tous mes vœux.

Le Mazagan Beach Resort

C’est à Casablanca, au Maroc (pour les nuls en géographie, les blondes et/ou les têtes en l’air). Imaginez un lieu, assez grand tout de même, dans le plus pur style mauresque où la couleur sable et la végétation luxuriante s’entremêlent. Le tout bordé par une plage qui s’étend à perte de vue et qui accueille transats, promenades à cheval et à chameaux, balades à pieds pour les plus motivés. Et pour ceux qui n’aiment pas les petits grains qui se glissent entre les orteils, il y a la piscine centrale. Le centre névralgique de cet hôtel où se côtoient en totale harmonie l’Europe et l’Afrique. Et les mamans solo, comme moi !

« C’est un lieu qui a une âme »

 

Ce n’est pas moi qui le dit mais, Saloua Acharki, la coach de yoga qui propose une découverte de cette pratique tout en douceur pour les débutants dont je fais partie. Je ne sais pas si les séances « toute seule » face à l’écran de l’ordi, ça compte ?  Elle propose, pour les plus férus, des stages tout au long de l’année avec des retraites et cours de Yoga pour chaque saison, permettant ainsi à notre organisme de retrouver son équilibre. Et il en a bien besoin ! Parole de Karina.

 

« C’est un lieu qui vit à notre rythme »

 

On fait ce qui nous plait. La palette d’activités est large et s’adapte à tous les âges. Poussée d’adrénaline en tyrolienne, à plus de 4 étages au dessus du sol, virées en jet-ski ou en quad, course de kart et balade en vtt. Poussée de chabadabada avec balade à cheval, pourquoi pas main dans la main, ou à dos de chameau, après tout, vous êtes au Maroc. Enjoy !

Poussée de liberté, avec à la disposition des familles, 3 kids clubs accueillant les enfants de 3 mois à 17 ans. Une multitude d’activités créatives et de plein air leur est proposée et je vous assure (et rassure), vous ne les croiserez jamais ! Sauf peut-être à l’heure du quatre heure. Une bonne glace oblige !

Poussée de green, le Mazagan est aussi un lieu connu et reconnu pour les amoureux de golf qui pourront s’essayer sur le parcours de 18 trous signé Gary Player, avec une vue magique sur les dunes et l’Océan.

 

« C’est un lieu où les gastronomes ne seront pas en reste »

 

Au Mazagan et dans ses 8 restaurants, on expérimente les saveurs des quatre coins du monde. C’est une cuisine abondante qui fait la part belle à la table marocaine avec ses recettes traditionnelles digne des milles et une nuit. La soirée orientale sous les tentes berbères, au son du Oud, est à ne manquer sous aucun prétexte. Petit conseil, mangez peu dans la journée et réservez-vous pour le soir. La dégustation est purement gargantuesque.

La table française, est dignement représentée avec les saveurs du terroir teintées de couleurs locales, sous l’impulsion créative du chef du restaurant « La Cave ».

Les tables italiennes, asiatiques, libanaises… se retrouvent toutes au Market Place, le restaurant principal qui propose un buffet coloré auquel il sera très difficile de résister.

 

« C’est un lieu où on se la coule douce »

 

Lever à 8 heures, tout naturellement, au bruit des vagues de la mer… Petit échauffement en salle de sport où une vingtaine de machines ultra high-tech m’attendent pour parfaire mon summer body. Petit-déjeuner gourmand (c’est quand même les vacances !) Petite incursion au SPA pour un massage sous les mains expertes de Nadia, Khalifa ou Jasmine. Pédicure, manicure, hammam, soins du visage peuvent aussi être au programme. Il n’y a pas de mal à se faire du bien. Déjeuner à l’Oasis, au bord de la piscine et je me laisse doucement aller…

Je me pose enfin sur un transat, me badigeonne d’écran total (le soleil frappe fort ici, malgré la brise marine) et m’assoupis au cri lointain des mouettes. 16 heures, j’enfile un short et un tee-shirt pour m’élancer sur la fameuse tyrolienne. Yacine sera aux petits soins et prendra le temps pour m’expliquer, me rassurer et clic-clac, fera même quelques clichés de mon arrivée triomphale. La bouche ouverte, les yeux écarquillés mais tellement heureuse d’y être parvenue. Il est clair que la vie ne tient qu’à un « câble » !

17 heures, je m’offre une virée en quad sur cette plage immense, comme quand j’avais 20 ans (et j’ai 50 ans quand même au compteur). Les cheveux au vent, le sourire aux lèvres, j’appuie sur le champignon – le bouton en fait – pour faire vrombir la machine. L’équipée sauvage (2 quads qui se suivent et se ressemblent) traverse les foules d’autochtones qui passent eux aussi leur journée à la mer. La famille est le maître mot et la plage un formidable terrain de jeux. Les enfants sourient à votre passage, certains vous font même des coucou. Je rentre à l’hôtel le cœur léger et de jolis souvenirs plein les yeux.

18 heures, un mojito devant la mer au Buddha Bar. Cela ne se décrit pas, cela se vit !

Avant 20 heures, il faut un peu de temps pour se refaire une beauté darling,  avant d’aller dîner.

20 heures 30, on y est, je me sens bien dans ma robe Zara achetée à l’aéroport de Madrid pendant la fameuse escale de 2 heures. J’en oublie mon petit coup de soleil sur l’épaule gauche, les courbatures par ce « trop plein » de sport auquel mon corps n’est plus accoutumé, mes cheveux que je n’ai pas réussi à dompter parce que c’est toujours comme cela que ça se passe en vacances.

En vacances ! C’est bien ça. Je suis en vacances, au Mazagan Beach Resort, j’ai pris (certes) 2 kg dans chacune de mes hanches, mais aussi une bonne dose de plaisir et des souvenirs joyeux à la pelle. Et tout ça pèse lourd ! Tant pis pour mon excédent de bonheur, j’espère juste que la Royal Air Maroc ne me le fera pas payer ce surpoids de good vibes !

 

Écrit par KiDS Team le 30 août 2019