Des robes glamour, féminines et séduisantes.

Née aux Philippines le 15 septembre 1971 et diplômée du fameux Fashion Institute of Design de Los Angeles, Monique Lhuillier crée sa première collection de robes de mariée en 1996. Aujourd’hui, elle dirige sa propre maison de couture à Los Angeles (Melrose Place) et vient d’ouvrir une boutique à New York, dans l’Upper East Side. Elle est devenue en quelques années la plus renommée des créatrices de robes de mariées et de soirées. KiDS a voulu en savoir plus sur cette ascension fulgurante.

Pourquoi avez-vous choisi de créer des robes de mariée ?

Quand j’étais à l’école, j’adorais dessiner de jolies robes très féminines. Pour mon mariage, je voulais une robe à la fois intemporelle et romantique tout en étant à la pointe de la mode mais je n’ai rien trouvé qui correspondait exactement à ce que je cherchais. Le choix était très limité. Après mon mariage, j’ai réalisé qu’il y avait un vide sur le marché que je pouvais combler. C’est ainsi, qu’en 1996, un an plus tard, j’ai présenté ma première collection à quelques revendeurs et aux éditeurs de magazines, et le reste, vous connaissez…

Vous venez de terminer le NYC Bridal Fashion Week, quelles ont été vos inspirations pour cette collection ?

Pour la collection printemps 2015, j’ai été très inspirée par une rêverie éthérée. Tous les mannequins ont adopté une posture de John Singer Sargent, pour refléter une fantaisie visionnaire dans les robes sans omettre une attention particulière aux détails…. Je voulais imprégner un sens de la rêverie dans tous les textiles et les détails que j’ai utilisés : nuages de tulle, satin de soie et d’organza et dentelle de Chantilly infusée de broderie délicate et mélangée d’ombres pastelles, d’hortensia ou de pistache, totalement inattendu dans la palette traditionnelle d’ivoire et de blanc satiné.

La nouvelle génération de mariées, à quoi ressemblent-elles ?

Je pense que toutes les mariées veulent se sentir la plus belle le jour de leur mariage. L’idée de la beauté a évolué, il s’agit d’introduire un style plus personnel dans l’esthétique du mariage. Je propose des silhouettes très différentes dans des textiles luxueux qui peuvent convenir à tous les styles de mariées afin qu’elles se sentent toujours glamour, féminines et surtout séduisantes.

Que pensez-vous de la tradition anglo-saxonne de porter quelque chose de vieux, de bleu et de nouveau le jour de son mariage ?

J’adore tout ce que cette tradition veut dire. Cela symbolise la continuité avec le passé de la mariée, son histoire, l’espoir et la chance qu’elle trouvera dans sa nouvelle vie. Cette saison, j’ai d’ailleurs incorporé des hortensias, une teinte de bleu !

Vous êtes mariée avec deux enfants. Comment gérez-vous votre travail avec votre rôle de mère et de femme ?

Je pense que tout est une histoire d’équilibre et concentration. Je mentirais si je disais que c’est facile. A la maison, mon mari et moi donnons la priorité à la famille, avant tout le reste. Quand je suis au travail, je suis entièrement dévouée à mes créations et j’essaie de finir toutes mes tâches prévues pour la journée. Pour réussir, Il faut savoir s’entourer de gens qui nous soutiennent. Le fait que mon mari soit aussi mon directeur général facilite beaucoup les choses : nous avons une compréhension mutuelle à la fois pour le travail mais aussi pour les besoins de la famille.

Pourriez-vous nous raconter un souvenir de votre propre mariage ?

Une semaine avant la cérémonie nous avons été obligés de changer de lieu car il y avait eu un tremblement de terre juste avant. Nous avons dû renvoyer les faire-part en espérant que tout le monde serait bien au courant du changement d’adresse. C’était bien avant l’ère digitale bien sûr car sinon j’aurais pu poster ces nouvelles sur les différents réseaux sociaux, en un seul click de souris ! Je me rappelle aussi que pendant la journée, j’ai beaucoup pensé à mon avenir avec Tom, à la raison pour laquelle nous étions là ce jour-là, et pourquoi nous célébrions notre amour, un détail que souvent les mariées oublient parce qu’elles sont trop prises par tous les autres détails de la journée !

Si vous pouviez revivre votre mariage, que choisiriez-vous ?

Une robe longue ou courte ? Une robe longue

Avec ou sans voilette ? Avec voilette


Des chaussures à talons ou à plat ? Talons

Macarons ou gâteau de mariage traditionnel ? Gateau traditionnel

Pour l’essentiel, j’aurais fait exactement de la même façon. La seule chose que j’aurais faite différemment, c’est de changer ma robe pour la fête, après la cérémonie ; une robe plus courte avec mes cheveux détachés, plus décontractée.

Avez-vous déjà pensé à créer une collection pour les enfants ?

J’aimerais avoir la chance et le temps de créer une collection pour les enfants parce que j’adore habiller mes enfants. Mais pour le moment, je suis très prise par ma collection prêt-à-porter, ma collection de robes de mariée et par les franchisés. Mais je sais qu’il ne faut jamais dire jamais…

Qu’avez-vous ressenti quand vous avez reçu la Médaille du Mérite de la part du Président des Philippines, le pays de votre naissance?

J’ai été très honorée de recevoir cette médaille prestigieuse. J’ai adoré mon enfance aux Philippines et d’être reconnue par mes compatriotes était le point culminant de ma carrière.

KiDS Magazine est distribué à Paris, Cannes, Monaco, New York et Moscou. Quelle ville parmi celles-ci préférez-vous ?

Je suis à moitié Française et Paris a vraiment capturé mon cœur. J’adore chaque adresse à Paris mais j’aime particulièrement flâner sur l’Avenue Montaigne et me faufiler dans les boutiques les plus belles du monde. J’adore vraiment la nourriture à Paris, Caviar Kaspia est une de mes adresses préférées. Et j’aime prendre le temps de regarder l’architecture parisienne, c’est vraiment la ville la plus romantique que j’ai visitée.

Pour finir, avez-vous un scoop pour nous, pour KiDS Magazine, quelque chose dont personne d’autre n’est au courant?

J’aimerais atteindre mes clients européens, donc vos lecteurs devraient rester à l’affût car l’ouverture d’une boutique est prévue pour très bientôt !

Écrit par KiDS Team le 17 décembre 2014