En aparté avec Sandra Ifrah, fondatrice de MyBuBelly

Méthode MyBuBelly

Comme vous le savez tous, la KiDS Team adore poser des questions. La fondatrice de MyBuBelly, Sandra Ifrah, s’est prêtée au jeu de notre KiDS interview 😉 :

Interview de la fondatrice by KiDS

 

fondatrice-MyBuBelly

Sandra Ifrah et sa famille, fondatrice de MyBuBelly

1) Sandra, vous êtes l’heureuse fondatrice de la méthode MyBuBelly, quel a été votre parcours ?

Je viens du monde du beau et de l’art. Pour des raisons de tradition, j’ai souhaité tout d’abord avoir un petit garçon puis une petite fille. J’ai eu la chance de rencontrer un nutritionniste et un gynécologue, qui font aujourd’hui partie de notre équipe. Ils m’ont concocté une méthode, qui existait déjà depuis longtemps, mais ils l’ont adapté, en ont fait une plus personnelle, du sur-mesure avec également une approche plus diététique. Cela a fonctionné. Les deux fois ! J’ai ensuite partagé cette merveilleuse expérience avec mes proches. Les résultats sont là, ils parlent d’eux-mêmes. Cela a fonctionné 39 fois sur 40. Mon souhait fut alors de l’offrir au grand public.

2) L’entrepreneuriat est un choix difficile, quel a été le déclencheur pour vous lancer ?

Cela a été très naturel. Je viens du monde de l’associatif et de l’art, donc il y a l’idée de donner aux autres, soutenir les autres. Pour moi c’est une histoire d’amour. Oui, le mot entrepreneuriat signifie beaucoup pour moi, pour la femme que je suis. C’est une expérience exceptionnelle, avec des hauts et de bas, mais les messages qu’on reçoit quand on rend tout simplement les familles heureuses, me font oublier tout le reste.

3) Vous êtes une maman, une épouse, une mom’preneuse, quelle est votre journée type ?

Difficile à dire, il n’y a pas une seule journée qui se ressemble. Mais ma priorité est de m’occuper de mes deux enfants, petit-déjeuner, l’école, aller au bureau pour rejoindre mon équipe. Nous sommes dans une période de fort développement. On est en train, encore et encore, d’optimiser le site (7 ème version NDLR) pour être au plus proche de notre communauté. Nous développons, communiquons, mettons en place des partenariats. Hier encore nous étions dans les pharmacies, nous rencontrons également des médecins, des spécialistes. Mon déjeuner est soit familial, soit professionnel. L’après-midi reste essentiellement professionnel. Le soir, dès 19h, je m’occupe des enfants, je leur donne le bain et le dîner. Puis retour à la case travail.

4) Quelle maman êtes-vous ?

Extrêmement proche de ses enfants. J’aime m’occuper de la partie scolaire. C’est important, car ils ont 7 et 9 ans, un âge où ils ont besoin de nous. Comme je viens du monde de l’art, j’aime bien les emmener voir des expositions le weekend. La connaissance est importante. A l’époque je ne faisais pas assez de sport, je les pousse à en faire et ils adorent ça, principalement du tennis, du yoga, du krav maga… Art, scolarité, sport et bien évidemment les moments de tendresse. On est également très voyage, au début c’était très plage, club et aujourd’hui c’est plus des voyages de découverte de nouvelles villes, de nouvelles langues, de nouvelles ambiances.

5) Quel regard porte sur vous et votre petite entreprise votre époux ?

Il en est très fier ! C’est d’ailleurs lui qui m’a poussé à faire ça. Un jour, il m’a dit : « ça marche sur tout le monde, fais le pour de vrai », « fais le vraiment, ouvre-le aux autres, propose-le, fais un vrai coaching » . On sait que dans cette période de désir d’enfant, les gens n’aiment pas trop en parler de leur souhait de concevoir, ce n’est pas tabou mais on n’a pas envie de dire qu’on tente de tomber enceinte, on ne sait pas comment cela va se passer, combien de temps cela va prendre… Et justement pouvoir en parler, être coachée au quotidien, cela m’a tellement manqué. Je l’ai fait un peu à ma manière avec mes amis, mon entourage et là j’ai vraiment voulu le professionnaliser avec des vrais coachs, des experts, des spécialistes.
Vous l’imaginez donc très bien, mon mari me soutient à 1000% !

6) Fait-il partie intégrante de la start’up ?

Pas du tout. Mon mari est dans l’immobilier.

J’insiste sur : C’est vraiment une histoire de partage, une histoire d’amour. C’est aussi une entreprise, mais au-delà de ça, c’est une communauté de mamans qui agrandit. C’est comme une grande famille. Sincèrement, c’est le bon mot . Je suis très famille, de par mes origines, et ce côté famille j’ai envie de l’étendre. C’est vraiment une histoire de partage, de communication. Je n’aime pas le mot entreprise, bien que cela en soit une. Pour moi, c’est avant tout une communauté.

7) Ce projet est très personnel, êtes-vous aujourd’hui satisfaite du résultat et de la
renommée de MyBuBelly ?

Tout à fait. En l’espace de un an et demi, on a aujourd’hui une véritable notoriété, beaucoup de bouche à oreille, des familles qui sont contentes et qui forcément en parlent à d’autres. On s’améliore grâce à nos membres qui nous conseillent aussi. On a écrit un livre et depuis sa sortie, tout a changé. Nous sommes passés de la gentille petite entreprise à une véritable entreprise de renom. Le livre nous a donné une crédibilité totale, grâce aux témoignages des médecins, des experts, et surtout aux témoignages des mamans qui après deux, voire trois, quatre enfants du même sexe ont réussi grâce au coaching d’avoir enfin une famille équilibrée et un enfant du sexe désiré. La presse a été bienveillante avec nous. Et l’histoire ne fait que commencer…

8) A quoi aspirez-vous de plus ? Quels sont vos prochains challenges ?

Aujourd’hui, le passage à l’international est notre priorité. En Novembre, nous nous lançons sur le territoire anglo-saxon. Et mon souhait est de développer une nouveau pays chaque année.

10) Et si vous deviez ne donner qu’un seul conseil à une maman qui souhaite concevoir ?

Aller au bout de ses rêves. Prendre du plaisir, en suivant ce programme qu’on essaye de rendre facile et adaptée à la femme d’aujourd’hui. Et surtout d’y croire.

11)  Et si vous ne deviez vanter qu’une seule qualité de la méthode MyBuBelly ?

L’accompagnement personnalisé. Ne pas être seule. Dans cette période de pré-conception, il y a beaucoup d’aspects psychologiques. Tout comme dans un régime traditionnel, il faut éviter de se sentir seule dans cette épreuve.

12) Et enfin une question qui aurait dû être posée dès le départ, mais nous ne faisons jamais les choses comme les autres : Quel est la signification du nom MyBuBelly ?

My : mon, ma, l’appartenance
Bub : on entend bébé, bio pou une méthode totalement naturelle, il n’y a aucune
manipulation extérieure, génétique, autres.
Belly : le ventre en anglais.
Je voulais un nom à l’international.

Tout est dit 😉

Nous remercions la fondatrice de MyBuBelly pour ses réponses et surtout pour sa méthode tout à fait géniale ! N’hésitez pas à découvrir tout le programme sur le site de MyBuBelly : https://www.mybubelly.com/