La KiDS Team est partie à la rencontre de Pinkanoushka, une jeune instagrameuse en Vogue qui nous inspire beaucoup. Découvrez l’interview qu’elle nous a accordé pour notre TeenS #1 😉 :

Pinkanoushka, jeune instagrameuse en Vogue…

pinkanoushka-portrait

On se donne rendez-vous dans un lieu qu’elle affectionne et qu’elle appelle sa cantine, La Popote d’Ondine, ça ne s’invente pas, à Nice, là où elle réside avec sa famille recomposée, à moitié française et américaine avec un soupçon d’origine russe, car sinon ce ne serait pas drôle.

Elle nous attend avec un thé à la main. On est en retard de 10 mn. La circulation à Nice est aussi infernale qu’à Paris. Elle est plutôt jolie, blonde-ou pas vraiment, de petits yeux surlignés d’un eyeliner (elle a la bonne technique ou elle y passe des heures).

Un look pas si sage, shorty, veste de kimono et pour finir des sandales et des chaussettes colorées. Incroyable mais vrai, c’est une adepte des claquettes-chaussettes. On en reste pantois, étonnés et un chouilla moqueurs. Pas le temps de s’attarder, le rendez-vous ne doit durer qu’une heure. Elle reprend ses cours à 14h -au Lycée Stanislas ndlr.

pinkanoushka-interview

Vous avez 17 ans et vous vous dites influenceuse. Qu’est-ce que cela signifie à vos yeux ?

Oh, j’ai presque 18 ans et je suis une influenceuse débutante même si j’ai plus de 10.000 followers sur Instagram et 5000 sur YouTube. Je suis bien loin de Caroline Receveur. C’est un peu mon modèle. J’aime son parcours, sauf peut-être la partie télé réalité. Je trouve son feed hyper soigné et élégant. Ça m’inspire forcément! Mais il y a tellement de personnes intéressantes et créatives que la barre est très haute et ma crainte est de faire un mauvais choix ! Pour cela, ma maman veille et je suis heureuse de cela.

Que représente la mode pour vous ?

C’est un rituel. J’aime sourcer mes nouveaux looks que cela soit sur Pinterest, sur Instagram ou dans la presse. Je suis une inconditionnelle de Vogue et de Paulette. Je prépare toujours mes tenues la veille, il m’arrive même de faire un mini-défilé chez moi devant ma sœur Charlotte et ses deux chiens, George et Edouard. C’est mon public à moi ! Un public des plus critiques. Je mixe le vieux que je «dérobe» dans le vestiaire de ma maman et le neuf que je déniche par-ci, par-là. L’objectif est de créer mon Moi. La mode a toujours fait partie de ma vie. Du haut de mes trois pommes, j’aimais déjà les vêtements. Et j’ai eu la chance d’assister très tôt à des défilés de Haute-Couture. Alors, forcément, j’ai été marquée…à vie.

Quels sont les marques que vous portez et celles qui vous font rêver ?

J’ai vu la dernière collection de &Other Stories et je craque littéralement. Il est clair que je ne vais pas pouvoir y résister. J’évite de plus en plus Zara, trop de monde et trop de risque de se retrouver avec la même tenue qu’une copine au lycée. No way ! J’ai été agréablement surprise par la collection «Première qualité» de H&M, les pulls oversize sont à tomber. Et dans la ligne Trend, il y a un caban qui me fait de l’œil. Sinon, je reste fidèle aux coupes simples de Cos, aux sneakers Zadig et Voltaireet j’ajoute à toutes mes tenues des petites choses que je déniche lors de mes vacances à Saint Tropez, Paris, Los Angeles ou Londres. J’espère un jour pouvoir m’habiller en Chloé et Carven, ce sont mes deux marques chouchou. Mais bon, ce n’est pas pour demain !

Avez-vous une idée précise ou pas de ce que vous allez faire après vos études ?

Tout d’abord, juste après mon Bac, je vais partir un an à Londres pour leur piquer leur sublime accent so british. Je parle déjà très bien anglais mais j’ai un accent américain qui me déplaît un peu. Après, j’espère faire 6 mois dans un autre pays, une parenthèse enchantée en Australie ou en Afrique du Sud. 6 mois c’est rien et en même temps ça peut devenir intense. Tout cela pour me laisser le temps de penser à mon avenir. Dire aujourd’hui ce que j’aimerais faire toute ma vie future, est impossible ! Je ne sais pas ce que je ferai plus tard… mais c’est sûr que ce sera dans la mode. Je resterai aussi toujours connectée via Instagram et ma chaîne YouTube. Cette partie de moi, j’y tiens.

Est-ce que nourrir votre feed instagram et créer vos vidéos sur YouTube nécessite beaucoup de travail ?

Je tiens à signaler que je fais tout toute seule. Je n’ai pas de make up ou de hair stylist, pas de vidéaste à mes côtés. Alors, le moindre de mes posts ou la moindre de mes vidéos est un vrai travail de plusieurs heures. Je suis encore débutante mais fière du résultat. Je fais également moi-même le montage et les retouches quand c’est nécessaire. Ma génération est multi-tâches. Et heureusement. Ma chaine YouTube est la plus difficile à développer. Mais je persiste… et signe.

Est-ce que votre communauté est engagée ?

Absolument! Et je la remercie pour ça. Je ne passe pas inaperçue mais je ne fais pas non plus n’importe quoi. Vous ne me verrez jamais en maillot de bain ultra sexy, ni en tee-shirt mouillé. Ce n’est pas mon style. Et puis, vous savez,
les commentaires sont intransigeants, parfois blessants. Il m’est déjà arrivé de me faire tacler sur YouTube et même si vous vous dites que ce n’est pas très important, vous avez quand même la boule au ventre. J’évite aussi les hashtags du style #boobs ou #butt. Ça fait effectivement venir plus de followers mais pas pour de bonnes raisons. Tout concilier est bien compliqué.❝Sois Belle et tais-toi, très peu pour moi!❞

Est que vous aussi vous vous engagez pour une cause ?

Je découvre du haut de mes presque 18 ans le féminisme. J’aime cette idée de «The future is female». Cela n’enlève en rien mon respect et mon attrait pour les hommes. C’est juste que malgré le temps qui passe, la situation des femmes n’évolue pas au même rythme que celle des hommes. C’est agaçant ! Tout a commencé par les gifs animés sur Instagram «You Go Girl», «Stronger together» «Girls can» et puis tout récemment je me suis plongée dans «Le Deuxième Sexe» de Simone de Beauvoir. La claque ! La vraie ! Je ne penserai plus jamais pareil. Cette œuvre m’a réveillée et me permet d’oser. Oser d’être féministe.

Pourquoi avoir choisi de faire cette interview ?

TeenS. Ce nom me parle. J’en suis une. Et à vrai dire, cela me fait extrêmement plaisir de partager mes petites expériences de la vie avec les autres teens qui liront (je l’espère) cette interview. Pour une fois, c’est un magazine qui met en page des séries de mode réalistes avec des marques abordables. Bien que j’adore les superpositions, beaucoup de séries mode proposent des tenues importables. La mode a parfois une vision très éloignée de notre quotidien. C’est donc une première pour moi et une première pour vous. J’espère que cela nous portera chance !

On se regarde une dernière fois… qu’elle est mignonne. On la quitte enchantés de cet entretien qui semble donner tout son sens à notre magazine. Le TeenS fait par des teens pour des teens et…nous, pour corriger les fautes 😉 !

Pour découvrir l’univers de Pinkanoushka, suivez-la : https://www.instagram.com/pinkanoushka/?hl=fr

Écrit par KiDS Team le 2 janvier 2019