Fini le congé mat, Baby va à la crèche ou chez l’ass mat’!

Il y a dans la rentrée, dans ce fameux mois de septembre, à la fois appréhension et excitation. Cette nouvelle page pour son bébé (une nouvelle vie en collectivité, en crèche, ou une nouvelle vie avec l’assistante maternelle et la nounou), loin de maman, va-t-elle bien se passer ? Comment mettre en place de façon sereine ce nouveau rythme ?Va-t-il aussi bien dormir à la crèche qu’à la maison ? Vais-je devoir essuyer beaucoup de pleurs le matin, et ces pleurs seront-ils aussi les miens ? Ces questions valent souvent aussi bien pour bébé, que pour nous, pauvres mères esseulées qui reprenons le chemin du travail, un petit pincement au cœur. Rassurez-vous, ça va bien se passer. Tout va bien se passer. Personne ne va pleurer. Ni lui, ni vous, ni la puéricultrice de la crèche qui n’arrivera pourtant pas à se défaire de vous. Pas de pleurs, non, ou presque. Nous, en tous cas, on est là, pour balayer vos doutes et essuyer vos larmes.

 

Chouette, j’ai une place en crèche, c’est le plus beau jour de ma vie! Et maintenant ?

 

 

Avoir une place en crèche, c’est souvent le parcours du combattant. Alors quand t’en as un enfin une, tu es bien content. Tu débouches le champagne et tu trinques avec ton mari. Puis le lendemain, tu croises cette maman avec son air triste qui te demande avec une certaine appréhension:

-Tu as une place toi ?

Tu lui réponds, avec quasiment des excuses dans la voix (car tu le vois bien à sa tête qu’elle n’a pas eu de place elle):

-Heu oui.

-RAH mais tu as TROP de chance ! Quand je pense que j’ai fait des lettres, des lettres et des lettres!

Vient alors la fameuse rentrée.

La directrice de la crèche t’a donné rendez-vous lundi à 8H30 pour commencer l’adaptation. Ce mot te fait peur, car c’est la première fois que ton enfant rentre en crèche, mais tu vas vite te rendre compte que l’adaptation est synonyme de douce et tranquille assimilation.

1)L’adaptation, passage obligé. Pas d’inquiétude, votre enfant ne va pas être brusqué.

Ça y est nous y sommes,vous faites votre entrée en crèche avec Baby qui commence son adaptation. Mais alors le mot «adaptation» est bien choisi. C’est vraiment une adaptation. On prend son temps. Votre enfant ne risque pas d’être traumatisé. On ne bouscule pas l’enfant. On y va doucement. En effet, les adaptations durent la plupart du temps entre 10 jours et 15 jours.

Le premier jour consiste en un échange entre la puéricultrice et la maman sur l’enfant: son caractère, ses habitudes de sommeil, son rythme, ses habitudes alimentaires, ses besoins particulières (un doudou, une tétine, s’endormir dans les bras de Maman…). Le deuxième jour,vous laissez votre enfant 15 minutes, le troisième jour 30 minutes et ainsi de suite…

C’est à peine si vous avez le temps de passer le pas de la porte que vous avez déjà l’impression que la directrice va vous crier « C’est bon! C’est finiiiiii!! A demain !!». Au bout de 14 jours d’adaptation, clairement votre enfant ne sait plus trop où il habite, ni qui est censé lui donner son goûter car à 15 minutes près, il retournait à la maison le manger son goûter! « C’est vous ou c’est nous qui lui donnons son goûter ? Bah je ne sais plus ! Disons que ce sera nous aujourd’hui! ». Même la puéricultrice est perdue. Il faudra d’ailleurs bien penser à vous organiser en amont pour cette adaptation, quitte à prévenir votre employeur de votre emploi du temps un peu particulier pendant ces deux semaines. L’adaptation se finit au bout de deux semaines, tout va bien, ou presque, mais «il a peu pleuré quand vous êtes partie, il n’avait pas l’air bien !». Bah tu m’étonnes ! Il avait la nausée avec tous ces allers retours pardi !Ouf, l’adaptation est terminée, votre fils est enfin H24 à la crèche, vous allez pouvoir souffler. Ou presque.

 

2) La fameuse trousse à rapporter pour la rentrée de Baby.Objectif: ne rien oublier.

 

-Une trousse de toilette contenant une crème de soin en cas d’érythème fessier, des pipettes de sérum physiologique (attention, en hiver, ces petites choses filent vite !), tout ceci à acheter en pharmacie, et une brosse à cheveux pour les crinières de lionceaux.

-Un sac à linge lavable pour le transport du linge sale.

-Tétine ou doudou (qu’il vous conviendra de laver régulièrement)

-4 photos de votre enfant afin d’identifier son casier, son porte-manteau, son lit… Petit votre enfant n’y verra que du feu à sa jolie bouille, mais bientôt au bout de plusieurs mois, il se reconnaîtra en arrivant à la crèche, et cette image familière le rassurera.

-2 tenues complètes de rechange

-une paire de chaussons

-en fonction de la saison: une paire de bottes de pluie, ou bien un chapeau, une crème solaire, et une gourde.

 

3) Les Plans d’Accueil Individualisés

Votre enfant est allergique ? Il fait de l’asthme ? Il a des restrictions alimentaires ou des soins quotidiens particuliers ? Pas de panique, cela ne l’empêchera pas de goûter lui aussi aux joies de la collectivité. Pour ce faire, la directrice de la crèche vous donnera un PAI, Plan d’Accueil Individualisé pour votre enfant à faire remplir au médecin de votre enfant, et à faire valider par le médecin de la crèche.

4) Sans vouloir vous affoler, pensez vie en collectivité, donc pensez microbes et maladies infantiles, bref pensez à vos relais!

La crèche qui vous appelle toutes les deux semaines parce que votre enfant est malade, ce n’est–hélas-pas un mythe. Préparez-vous et décidez qui est le parent prioritaire à appeler en cas de maladie de Baby: papa ou maman ? Le plus réactif, le plus disponible, le plus flexible ? Celui qui adore aller chez le médecin ? Il y a 3 sortes d’appel de la crèche:

-Madame, votre fils a eu 38.5 à 10H30, c’était pour vous prévenir que je lui ai donné du doliprane ! (OK, on ne se lève pas encore de son bureau, on peut raccrocher et souffler.)

-Madame, votre fils a toujours une température élevée, pouvez-vous venir le chercher ou lui raccourcir sa journée?(là, c’est vous qui voyez)

-Madame, votre fils est fiévreux et mal, merci de venir le chercher rapidement. (Pas le choix, on file prévenir son patron et on part du bureau,ces dossiers attendront bien demain, non?)

Si vous avez un emploi du temps surchargé, pensez dès maintenant à toutes les personnes de votre entourage susceptibles d’être disponibles et de pouvoir vous aider en cas de maladie de Baby (grands-parents, frère, sœur, nounou..), et donnez leurs contacts à la crèche qui vous demandera que ces derniers soient toujours munis d’une pièce d’identité s’ils sont amenés à venir chercher l’enfant.

5) La crèche: les innombrables avantages pour une rentrée sereine et en toute sécurité.

Alors même si Gaspard risque de se faire mordre une fois ou deux par son copain Louis (et qui nous dit qu’au fond ce n’est pas lui qui avait commencé ?), il n’y a probablement pas de solution de garde plus sécurisant que la crèche (sans compter l’avantage financier puisque la crèche fournit les couches et les repas, poste de dépense non négligeable). Côté cadre et sécurité, on peut difficilement faire mieux: des professionnelles de la petite enfance dédiées au bien-être de votre bébé de 8H à 18H, qui à la fin de la journée, ne manqueront pas de vous raconter absolument tous les détails de cette dernière ? On appellera ça les fameuses «transmissions».

«Gaspard a joué aux legos ce matin avec les copains, et après il a fait des dessins et des gommettes, il adore ça, et ça le calme énormément ! Ensuite il a mangé à 11H20, il a repris deux fois du chou-fleur à pleines mains, il aime vraiment beaucoup le chou fleur votre fils ! Puis, nous lui avons proposé le melon, mais il n’en a pas voulu. Il a dormi 1H40, suite à quoi il a joué dans le jardin. Par contre, il s’est fait mordre à 16H30 (par qui? vous ne saurez jamais, on ne dénonce jamais les copains !), alors nous avons mis de la crème. Après nous avons fini par rentrer car il faisait chaud. Bref, Gaspard a passé une très bonne journée.» Oh oui, je vous le dis, vous serez rassurée.

 

Portrait Maman

Morgane, maman cool de 3 garçons, dont Raphaël, presque 2 ans.

Et la rentrée, comment ça se passe pour elle ?

 

 

A partir de quelle date commencez-vous à penser à la rentrée ?

A partir du mois d’avril environ.

La rentrée est-elle synonyme de stress ou soulagement ?

Toujours un peu d’anxiété comme si c’était moi qui reprenais l’école, être sûre que mes enfants soient heureux et épanouis dans leur classe et synonyme de soulagement oui, car après 2 mois de vacances en presque full time, c’est bon de reprendre un rythme d’adulte !

Votre petit dernier, quel va être son programme à la rentrée ?

Il a un nounou (oui oui un!) et ira aussi à la garderie une journée et demie par semaine.

Vous qui avez 2 grands, comment vous organisez vos matins entre les 3 ?

Je me concentre principalement sur les deux grands qu’il faut préparer pour l’école ! Mon petit dernier qui a 2 ans reste à la maison et peut donc attendre le nounou pour se préparer.

A–t-il déjà été à la garderie et comment le vit-il ?

Oui toute l’année dernière il y a été 2 demies journées par semaine. Le début a été un peu dur: dur de me quitter mais au fil des semaines, il avait de plus en plus de plaisir à y aller.

De votre côté, êtes-vous du genre stressée par la séparation qui vient avec la rentrée ?

Non pas vraiment. Il y a certes toujours un petit pincement au cœur après les vacances collés serrés, mais je suis heureuse qu’ils reprennent leur « vie sociale ».

Parlez vous à votre bébé pour le préparer à reprendre le chemin de la garderie ?

Non pas encore,je le ferai quelques jours avant sa rentrée. Globalement je parle beaucoup à mes enfants,  je leur explique tout, c’est important.

Les au revoirs du matins, chez vous, durent un peu, beaucoup, passionnément ?

Cela peut dépendre des matins mais maintenant avec les grands ça va plutôt vite (mais cela a été très compliqué pendant longtemps avec mon second).

Quelle est votre méthode pour palier aux pleurs de votre bébé ?

Un gros câlin dans les bras de sa maman (ou son papa)…un bon classique !

Pour la rentrée, qu’est ce qu’on doit vous souhaiter à vous et bébé ?

De développer notre relation et notre amour mutuel encore davantage: maintenant qu’il commence à parler, nous échangeons beaucoup.

 

Et avec l’assistante maternelle, comment ça va se passer?

 

Pour se faire une idée, nous avons rencontré Marie-Laure, assistante maternelle à Boulogne-Billancourt depuis 15 ans. Elle nous livre son expérience, et quelques outils pour bien préparer la rentrée chez l’assistante maternelle.

 

Depuis quand êtes-vous assistante maternelle ?

Je suis assistante maternelle depuis 15 ans !

Vous gardez des bébés qui ont quel âge ?

Ils ont de 2 mois et demi à 3 ans. J’en garde 3 maximum en même temps.

D’une rentrée sur l’autre, les bébés vous suivent-ils ?

Cela dépend des années, là par exemple je rempile avec les mêmes de l’année dernière.

Comment se passe l’adaptation ?

On programme toujours une semaine au minimum pour l’adaptation. On commence par une matinée ou 3 heures puis on rallonge le temps de séparation au fur et a mesure. L’adaptation vaut aussi pour la maman qui laisse son petit pour la première fois.

Que doit contenir la trousse de bébé quand il vient chez vous ?

La maman laisse un petit sac avec un thermomètre, une crème de change type Bepanthène, un doudou, une tétine si besoin, la copie du carnet de santé et elle fournit les couches. Concernant les repas, pour ma part, je les prépare moi-même systématiquement.

Les parents sont plutôt zen ou stressés en général ?

La plupart de temps les parents sont zen car on a eu un, voire deux entretiens avant le début de la garde. Les premiers jours,si jamais les parents sont stressés, j’envoie une petite photo ou vidéo de bébé pour les rassurer.

Enfin, quels conseils donneriez-vous aux parents qui vont laisser leur bébé à l’assistante maternelle à la rentrée ?

Tout d’abord le plus important,c’est l’entrevue avec l’assistante maternelle. On se fait une idée rapidement de l’assistante maternelle à qui il ne faut pas hésiter à poser toutes les questions. Ensuite, le feeling est très important. Enfin, il faut être rassuré et partir tranquille car il ne faut pas oublier que l’assistante maternelle est une professionnelle avant tout qui a l’habitude des tout petits. Dernière chose: dans la mesure du possible, il ne faut pas faire ressentir son stress à son bébé, car les enfants sentent tout et sont des vraies éponges !

 

ÉPILOGUE

SUR LA PLAGE, ABANDONNÉE…

Sur la plage abandonnée, entre deux châteaux de sable, je repensais à toutes mes bonnes résolutions pour la rentrée : aborder septembre sereinement, ne pas stresser, ne pas pleurer, bien gérer la séparation, je songeais aux conseils de Morgane, Marie-Laure, Kelly.

Je regardais ma fille assise dans le sable en train de tapoter l’intérieur de son seau avec sa pelle. Elle se retourna subitement et me fit un large sourire. Elle était si contente d’être là, assise dans le sable, insouciante. Mais les vacances, c’était bientôt fini, tu sais ma chérie ? Tu vas retourner à la crèche, voir des anciens copains, et puis des nouvelles têtes aussi. Comment allait-elle réagir ? Allait-elle m’en vouloir de la laisser là un beau matin après plusieurs semaines passées tranquillement avec moi ? Allait-elle crier, pleurer, arracher ma chemise de douleur ? Allait-elle hurler au point qu’on me la rende en me disant gêné: «Je suis désolée Madame, cela ne va pas être possible, je n’ai jamais vu un bébé aussi hystérique à l’idée de quitter sa mère!». Ou allait-elle se laisser apprivoiser par les gentilles puéricultrices en crocs ? Était-ce moi qu’il allait falloir consoler au final ? Il allait s’en passer des mois avant les prochaines vacances, il allait en tomber des feuilles d’automnes, se passer des hivers, des microbes, des sérums physiologiques vides et des nez trop remplis, puis des printemps et des jours plus doux, avant que,ma chérie, tu puisses reconstruire tes châteaux de sable bancales, avant que je continue à te regarder les construire. Il allait se passer toute une année, une nouvelle année à construire, toi et moi. Un brin nostalgique, je me levais et allais nettoyer le visage plein de sable de ma fille dont le château, un peu trop bancale, venait de s’écrouler. Ma chérie, c’est l’heure maintenant, les châteaux de sable attendront. D’autres châteaux nous attendent à Paris, des châteaux de lego, de kaplas, des châteaux forts, des tonnes de copains, des gentilles puéricultrices, des matins qui se passent bien, des séparations qui sourient, une rentrée qui nous fait grandir.

Écrit par KiDS Team le 3 octobre 2019